Le coût de l’indifférence

Doyen de la Faculté de Management et d’Agriculture de l’Université de Dalhousie
Sylvain Charlebois Doyen de la Faculté de Management et d’Agriculture de l’Université de Dalhousie

Sylvain Charlebois

Doyen à la Faculté en Management et en Agriculture Université Dalhousie (Halifax)

 

L’agriculture représente un des secteurs économiques très importants du pays. Au Québec, l’enjeu agroalimentaire revêt un aspect très singulier puisque la majorité de son agriculture vit sa transformation à l’intérieur de son territoire, ce qui fait du Québec un cas unique au Canada. Le secteur agroalimentaire dans la province est beaucoup plus intégré qu’ailleurs.

Le marché alimentaire québécois, contrairement à celui de l’Ontario et d’autres régions canadiennes, est intrinsèquement homogène. Ainsi, avec une stratégie d’immigration plus agressive, tout cela changera. Le prêt-à-manger, le prêt-à-cuisiner, l’achat en ligne, la restauration mobile, bref tout y passe. L’industrie dans son ensemble devra s’ajuster et l’agriculture devra composer avec une concentration accrue du pouvoir en aval de la chaîne.

La productivité économique du secteur ne peut plus se fier à la création d’emploi. Elle doit miser sur l’innovation et celle-ci passe par de nouveaux produits, mais surtout par une façon différente de faire les choses. Au-delà de 50 % des tâches réalisées par des travailleurs peuvent s’effectuer par une technologie adaptée qui existe déjà. Épeurant peut-être, mais la création de valeurs pour le secteur doit se redéfinir. Par exemple, Google, Apple et Facebook créent 30 fois plus de valeurs que le secteur automobile américain au complet avec 10 fois moins d’employés. Des chiffres impressionnants. Le secteur agroalimentaire peut apprendre de l’économie des connaissances et des autres secteurs.

Malgré un vent de protectionnisme dominant qui souffle à travers la planète ces derniers temps, il n’en demeure pas moins que  le monde se numérise et les frontières se perméabilisent. Les entreprises qui misent sur l’inertie reculeront. Tout comme les filières qui opèrent sous la gestion de l’offre. Depuis des décennies, ces secteurs reculent sans s’en apercevoir. À circuit fermé, il n’existe aucun point de repère pour évaluer la performance de nos producteurs. Plusieurs secteurs ne pourront jamais compétitionner avec les autres et n’offrent pas ce que plusieurs consommateurs recherchent. Un changement au cahier des charges se perçoit comme une tâche impossible alors que nous sommes aujourd’hui à l’heure où les consommateurs en veulent davantage et désirent une offre qui se conjugue mieux avec leurs valeurs.

Et bien sûr, il ne faut pas oublier le monopole syndical. Cette volonté de promouvoir et protéger une solidarité rurale émane d’une époque où l’information n’était pas aussi fluide qu’aujourd’hui. L’un des grands héritages du Rapport Pronovost c’est d’avoir remis en question la pertinence et surtout, la légitimité d’une représentation par un seul syndicat. Les producteurs québécois s’instruisent davantage, comprennent mieux les enjeux et gèrent plus efficacement leur entreprise. L’agriculture passe par une pluralité d’idées, une démocratie qui permet à de nouvelles pensées d’émerger. Vu la complexité d’une demande en mutation, plusieurs groupes qui existent déjà au Québec méritent une plus grande attention.

Essentiellement, d’ici les dix prochaines années, le secteur agroalimentaire québécois devrait s’adapter à une demande moins prévisible et beaucoup plus éclatée qu’auparavant. Pour ce faire, le secteur doit acquérir de nouvelles connaissances et développer des approches doublement originales afin de transiger avec un client qui provient d’un peu partout sur la planète, qui adhère à des cultures distinctes et qui possède un bagage culinaire fort différent de ce que l’on connaît. Le Rapport Pronovost en 2008 insistait sur l’importance de changer et de se préparer pour un avenir qui pardonnera peu pour notre dépit collectif. Ces changements se font encore attendre.

Sylvain Charlebois

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s